Les élections présidentielles auront lieu dans plus de deux mois, et pourtant, je ne peux déjà plus en entendre parler. Pire encore : pour la première fois de ma vie d'électeur, je n'arrive pas à déterminer qui j'aimerais voir comme président ! Cela dit, ça ne me dérangerait pas tant si cela ne concernait que moi. Mais apparemment, je suis loin d'être le seul à balancer ! La semaine dernière, j'ai encore effectué un incentive à Lyon où j'ai évoqué cette question avec pas mal de monde. Et j'ai remarqué que pas mal de gens avaient le même problème que moi : ils percevaient le caractère déterminant des prochaines élections, mais songeaient quand même à voter blanc. Comme moi, aucun challenger n'avait à leurs yeux ce qu'il fallait pour redresser la France. Pas par manque de choix, pourtant. Les postulants nous offrent à l'évidence des tendances particulièrement tranchées. Entre les coupes budgétaires de Fillon et la pseudo-modernité de Macron, les électeurs ne manquent a priori de rien, question choix. Oui, mais voilà : aucun des candidats proposés ne semble avoir ce qu'il faut ; chacun d'entre eux est d'une certaine manière le symbole de tout ce qui ne va pas dans le système politique. Fillon, le moraliste qui s'en met plein les poches ; Macron, un être tout en façade ; Hamon et son fameux revenu universel ; Marine et ses idées aux relents d'années 30... Selon moi, ces candidats sont déconnectés du réel et sont incapables de proposer autre chose que des solutions excessives. Et chacun d'eux sera une source de problèmes, s'il passe. Les quatre ténors actuels seraient une hérésie à la tête de l'Etat. Du coup, je pense que je vais me pencher sur les candidats hors parti, pour une fois. Ils survivent à peine pour le moment, mais il est possible qu'on les écoute plus que d'habitude, d'ici peu. En effet, lorsque les débats commenceront vraiment, l'égalité de temps de parole va légèrement rebattre les cartes, et ces candidats-là profiteront d'une nouvelle dynamique. Et si pas mal d'électeurs ressentent le même ras-le-bol, les candidats du peuple pourraient être la tortue contre le lièvre dans cette élection. Ce ne serait pas la première fois que cela arrive, même si, en France, nous sommes solidement attachés à nos énarques inutiles. Quoi qu'il en soit, cet incentive m'a fait passé un excellent moment. Je vous mets en lien le site de l'agence qui s'en est occupée, si vous voulez voir à quoi ça resemblait. Retrouvez toutes les infos sur cette incentive à Lyon en suivant le lien.